A l'occasion de la septième Journée Nationale des Dys, OrthoFIP a organisé une nouvelle soirée d'information.

Cette soirée s'est tenue le jeudi 10/10/2013, de 20h à un peu plus de 23 h, dans un amphi mis à disposition par l'IUFM d'Angoulême.

Elle a réuni un public certes moins nombreux, mais tout aussi intéressé que lors de la précédente édition. Nous avons pu noter une fois encore la présence de parents d'enfants pour lesquels un diagnostic a été établi ou pour lesquels cette question se pose, ainsi que celle de professionnels : enseignants, professionnels médicaux ou para-médicaux.

 

photo

 

Le thème choisi cette année était l'accompagnement des Dys, notamment sur le plan scolaire.

 

Ce sont d'abord des orthophonistes de l'association qui sont intervenues pour une présentation des troubles dys, et en particulier cette année de la dyslexie-dysorthographie. Des mises en situation concrètes ont permis au public "non-dys" d'appréhender le ressenti des personnes dyslexiques-dysorthographiques, pour qui lire ne va jamais de soi.

Le travail de l'orthophoniste a également été expliqué, avec un accent mis sur le rôle d'accompagnement qui peut et doit être le sien. 

Nous avons montré pourquoi il est important de proposer des aménagements sur le plan scolaire, et aussi comment ceux-ci peuvent être mis en oeuvre. Il n'y a pas de recette-miracle. Mais une réflexion commune, engageant l'enfant, sa famille, le ou les enseignants et les autres partenaires, permet de proposer des aménagements pertinents et adaptés.

Différents professionnels  qui étaient dans la salle (notamment deux enseignantes référentes MDPH, un médecin scolaire), ont pu apporter des précisions quant à la mise en place des aménagements et répondre aux questions de parents qui ont parfois du mal à s'y retrouver.

 

Enfin, nous avons eu le plasir d'écouter les témoignages de personnes dys devenues adultes. Chacun a pu évoquer son parcours, sa scolarité, la manière dont ses difficultés ont été comprises ou non, prises en compte ou non, ainsi que sa vie professionnelle. Ces témoignages ont permis à tous d'aborder les troubles dys d'un autre point de vue, plus intime, plus personnel.

Nous tenons une nouvelle fois à remercier chaleureusement nos "témoins" pour leur participation.